Implantation d’un TACO à l’hôpital de Baie-Saint-Paul : Les élus et les médecins font le point

16 octobre 2019

Partager sur

Baie-Saint-Paul, le 16 octobre 2019 — La Ville de Baie-Saint-Paul, la MRC de Charlevoix et les médecins de l’hôpital de Baie-Saint-Paul informaient la presse de l’état d’avancement de ce dossier lors d’un point de presse le 16 octobre. Ceux-ci réaffirmaient du même coup la nécessité d’avoir un TACO sur place puisqu’il s’agit d’un équipement de base qui devrait être intégré à l’offre médicale du nouvel hôpital de Baie-Saint-Paul, un établissement de santé à la fine pointe de la technologie.

Le Maire de Baie-Saint-Paul, Monsieur Jean Fortin, expliquait qu’en juillet dernier, la Ville écrivait au Ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec pour appuyer les recommandations des médecins locaux concernant l’ajout d’un TACO à l’hôpital de Baie-Saint-Paul, assurant à la population une offre de service médicale de proximité complète. La Ville appuyait du même souffle le projet d’urgence rurale du Docteur Richard Fleet pour lequel un TACO est un pré requis. « Nous avons reçu un accusé de réception le 3 octobre dernier fort encourageant. On nous démontre une belle ouverture pour le projet d’urgence rurale et nous mentionne qu’on poursuit l’étude approfondie des recommandations des médecins locaux sur le TACO. Nous voyons donc d’un bon œil la suite des choses dans ce dossier que nous allons continuer de suivre de très près compte tenu de son importance pour la sécurité de notre population et le développement de notre communauté » soulignait Monsieur le Maire, Jean Fortin.

Docteure Chantal Simard, porte-parole des médecins locaux, rappelait la situation qui prévaut à l’hôpital sans TACO sur place. Les patients, dont l’état le nécessite, doivent être transférés dans la direction opposée du centre de trauma tertiaire sur une distance de 100 km aller-retour. On doit alors compter environ deux heures trente avant d’obtenir un diagnostic et d’amorcer le traitement.   « L’hôpital de Baie-Saint-Paul est le seul centre de trauma primaire sans TACO au Québec. L’équipe chirurgicale doit souvent s’engager dans une prise en charge de patient sans diagnostic clair ce qui, en 2019, se veut en deçà des standards de la pratique » ajoutait Docteure Simard.

Madame Claudette Simard, Préfet, a rappelé l’appui de la MRC de Charlevoix et précisait que « Baie-Saint-Paul était l’endroit tout désigné pour le projet d’urgence rurale étant donné ses caractéristiques particulières. Cependant, l’absence d’un TACO empêche notre population d’avoir un accès rapide à des services malgré un hôpital ultra moderne. Il faut aussi considérer le vieillissement de notre population qui se situe parmi la plus âgée de la Capitale-Nationale, comptant près de 30 % de personnes âgées de 65 ans et plus. »  

Ajoutons qu’en plus de la population locale, l’augmentation de la clientèle touristique est à prévoir en lien avec la présence du Massif et du Club Med proposant des projets de développement d’activités sur les quatre saisons pour attirer plus de visiteurs. Cela vient renforcer la nécessité d’avoir un TACO à l’hôpital de Baie-Saint-Paul.

Un dossier de longue haleine

Rappelons que l’hôpital de Baie-Saint-Paul fait des démarches pour acquérir un TACO depuis 1999. Cet appareil d’imagerie médicale est disponible dans la vaste majorité des centres hospitaliers du Québec et se veut un équipement de base de plus en plus utilisé dans la pratique médicale.

La Fondation de l’hôpital ainsi que toute la population sont prêtes à se mobiliser pour amasser la somme nécessaire à l’acquisition de cet équipement essentiel.

Abonnez-vous
à notre liste d'envoi